Mes activités au quotidien

  • Conseillère régionale d'Aquitaine,
  • Députée Suppléante de Noël Mamère et
  • Membre du Parti Socialiste

dimanche 17 avril 2011


Débat sur la prostitution : les clients doivent être pénalisés car le corps ne doit pas être une marchandise !

En plein débat sur la proposition de loi de Roselyne Bachelot visant à pénaliser les clients de prostituées et après la tribune de Philippe Caubère (Libération du 14 avril 2011), je persiste à dire que cette proposition de loi constitue une avancée pour les droits des femmes : non, le corps n'est pas une marchandise.

Il y a quelques années, membre fondatrice et directrice de l’association I.P.P.O (Association de prévention et d’accès aux droits fondamentaux pour les personnes prostituées), je défendais la protection des femmes et des hommes en situation de prostitution et je m’interrogeais sur l’opportunité de pénaliser les clients de la prostitution.

J’avais hésité sur un tel procédé car je craignais que cette pénalisation allait provoquer un éloignement des lieux de prostitutions, et radicalement, de l’insécurité à l’encontre des personnes prostituées et rendre très difficile la tâche des travailleurs sociaux œuvrant auprès de ces publics.

Aujourd’hui, je considère que la priorité est de poursuivre et combattre les réseaux de proxénètes. C’est un préalable pour lutter contre le trafic des êtres humains, et pour cela, il faut consacrer davantage de moyens humains et financiers à l’OCRETH (Office Central de Répression de la Traite des Êtres Humains) pour réduire ce fléau.

Ensuite, et c’est là que la proposition de loi est opportune et juste. D’une part car nous devons aussi nous attaquer au deuxième acteur de la prostitution : le client. J’approuve donc cette proposition de loi qui est une avancée majeure pour leurs droits des femmes et pour la dignité.

4 commentaires:

Anonyme a dit…

mais comment pénaliser le client sans pénaliser le ou la prostituée !

soyons plus ambitieux: eradiquons la misère, le reste suivra...

Anne Labat a dit…

jusqu'où va-t-on régresser ?
à quand une dépénalisation de l'excision ?
Je croyais le danger plus loin de nous, j'ai peur pour ma petite fille !

Aurel a dit…

Ce projet de loi est si injuste et totalitaire qu’il ne passera pas. Je touche du bois et je soutiens le Strass. En effet la France doit s’inspirer de l’Espagne, de la Hollande, et de l’Allemagne. Beaucoup de travailleurs et travailleuses de sexe le font librement et sans contrainte en France. Malheureusement comme le dit aussi bien Philippe Caubère qui est aussi dégouté que moi, la majorité des féministes soutiennent ce projet de loi abominable qui ne fera qu’empirer le proxénétisme maffieux et esclavagiste d’un côté et de l’autre sera aussi criminel envers les travailleurs et travailleuses de sexe ainsi que leurs clients qui sont des gens normaux et non des violeurs. Il existe cependant des cas de viols et de menace auxquelles certaines prostituées sont confrontées et là malheureusement elles ne peuvent pas vraiment se défendre. Pour mieux combattre les réseaux maffieux, c’est le client qui me semble le mieux placé. En effet, j’ai lu beaucoup de clients dire qu’ils ont des amies prostituées, mais aucun d’entre eux n’avoue qu’il a pu rencontré éventuellement certaines prostituées sous contrainte. Qu’ils aient couché ou pas avec ne me regardent pas. Si c’est le cas il y a un énorme manque de consentement de la part du client que de la prostituée forcée. C’est justement le client qui peut alerter des associations comme le Bus des femmes par exemple pour mieux la sortir de là-dedans. Il me semble que bien que l’on parle du statut des travailleurs et travailleuses de sexe libres, il faut aussi évoquer la question de ces gens esclaves dont le client comme en Hollande devrait être sollicité pour son aide qu’il peut apporter à ces dernières. Je soutiens le Strass, Act-Up et les autres associations qui se battent pour la reconnaissance d’un statut de travail de sexe. J’encourage des personnalités féministes comme Elisabeth Badinter, Catherine Robbe-Grillet, Marcela Iacub et Catherine Breillat qui sont de vraies féministes modernes et humaines pour répondre à ces féministes sexophobes, réactionnaires et puritaines que sont Caroline de Haas, Clémentine Autain, Isabelle Alonso et quelques autres.

Enfin si ce n’est pas fait je vous invite à signer cette pétition contre ce projet de loi totalitaire, criminel et répressif.

http://www.nonalapenalisationdesclientsdeprostituesprostituees.net/

INSO MNI a dit…

Bonjour,



Dans le cadre de mon projet de fin d’étude en Architecture à Bordeaux, permettez-moi de vous écrire pour débattre d’un sujet difficile, est-il envisageable aujourd'hui de ré-inventer les maisons closes en France ?


Je suis actuellement en cours de recherches sur le système et l’histoire des maisons closes et comment pourrions-nous peut-être les ré-inventer ?

J’ai pris contact avec l’association Grisélidis basée à Toulouse qui est une Association de santé communautaire, prostitution et travail sexe, avec laquelle j’ai pu échanger sur les principes de maisons closes et plus globalement sur la prostituion en France. J'ai aussi pris contact avec le Mouvement du Nid, association d’utilité publique luttant contre les causes et les conséquences de la prostitution. Ainsi que l'aasociation IPPO à Bordeaux.

Dans le cadre de mon mémoire de fin d’étude, j’ai besoin de recueillir de nombreux avis des spécialistes de la question afin d’orienter mes recherches et d’entendre les arguments de mouvements, groupes, ou associations, sur la question de la prostitution et des maisons closes en France.

Serait-il donc possible si vous l’acceptez, d’établir un contact, soit par mail ou téléphone, soit avec un rendez-vous, afin de discuter et d’échanger sur ce débat ?

Je tiens à préciser que mon avis est complètement neutre, cet échange est dans le cadre de mes études et non réel, je suis étudiant et vos arguments aideront dans la réalisation ou non, de mon projet de fin d’étude.

N’hésitez pas à me joindre par téléphone au 06 26 70 66 32 si le temps vous le permet, autrement j’attend votre réponse écrite à l'adresse mail : adrianmau@orange.fr.



Merci et cordialement,

Adrian Mau Cartron
Etudiant en Architecture en Master 2 à Bordeaux.